Un érythème des cuisses

Une femme, âgée de 53 ans, était adressée en consultation par son ophtalmologue pour le bilan étiologique d’une neuropathie optique ischémique antérieure aiguë (NOIAA) non-artéritique bilatérale, survenue il y a quelques mois, à l’origine d’une baisse d’acuité visuelle persistante. Elle avait pour antécédent la pose d’un stent de l’artère iliaque gauche 2 ans plus tôt et un tabagisme actif à 30 paquets-années. La patiente n’avait pas d’autres facteurs de risque cardiovasculaires. La patiente était G3P2 avec un antécédent de fausse couche spontanée précoce. Elle prenait de l’aspirine à 75 mg/jour au long cours. Elle avait été traitée lors de sa baisse d’acuité visuelle par bolus de prednisolone pendant 3 jours sans efficacité sur son acuité visuelle. Les examens biologiques réalisés au moment de l’épisode visuel ne retrouvaient pas de syndrome inflammatoire biologique. Un angio-scanner cérébral était normal de même que l’échographie-Doppler des troncs supra aortiques et l’échographie cardiaque. L’imagerie par résonance magnétique cérébrale retrouvait des petits hypersignaux de la substance blanche sous corticale. La biopsie de l’artère temporale était normale. Un diagnostic de neuropathie optique œdémateuse bilatérale avec atrophie du nerf optique avait alors été posé.

A l’examen, vous notiez un érythème permanent des cuisses que la patiente avait elle-même observé depuis plusieurs mois (Fig.1). Le reste de l’examen clinique était normal.

Le bilan biologique montrait un hémogramme normal, une protéine C réactive inférieure à 1 mg/l, un fibrinogène à 3,57 g/l et une fonction rénale normale. Les anticorps antinucléaires étaient positifs à 1/400, de fluorescence mouchetée, sans anti-ADN natifs et sans anti-antigènes nucléaires solubles. Le complément était normal de même que l’analyse du sédiment urinaire. Il n’y avait pas de mutation du gène du facteur II ni de facteur V Leiden et les taux des protéines C, S et d’antithrombine étaient normaux. La recherche d’anticorps anti-phospholipides montrait une triple positivité avec des anticorps anti-cardiolipine (IgG), anti-bêta2GP1 (IgG) et présence d’un anticoagulant circulant lupique.

 

Vous devez répondre à toutes les questions.

Quel est votre diagnostic concernant l’atteinte cutanée ?